Revue pour « A Bloody Song », un livre analytique sur Lady Oscar! [Partenariat]

LE REGNE DE LOUIS XVI ET MARIE-ANTOINETTE Bibliothèque Les livres Revue pour « A Bloody Song », un livre analytique sur Lady Oscar! [Partenariat]

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #1118
    Marina de Girodelle
    Senior Moderator
    @marina-de-girodelle

    Revue: A Bloody Song – How Anime and Literature Collide de Caroline Kerjean

    Rêverie (Lady Oscar imaginée), Caroline Kerjean, huile sur toile, 2020.

    Remerciements:

     

    En septembre 2020, grâce à Nathalie Nadaud-Albertini, je suis entrée en contact avec Caroline Kerjean, l’autrice du livre A Bloody Song – How Anime and Literature Collide, laquelle m’a proposé de recevoir, à titre gratuit, son ouvrage en échange d’une revue que je pouvais partager sur le forum « Lady Oscar Ze Forum » ainsi que sur celui de Nicole « Lady Oscar-André ».

    Je la remercie pour sa confiance ainsi que pour sa patience pour cette revue qui a été longtemps mise de côté suite à des événements personnels. J’espère de tout coeur que celle-ci lui plaira autant qu’à vous tous!

    Vous pouvez retrouver Caroline Kerjean sur:

    I – Le livre

    Couverture du livre

    A Bloody Song – How Anime and Literature Collide est un essai anglais d’environ cent pages. Vous pouvez le commander sur la boutique en ligne de Friesenpress:

    https://books.friesenpress.com/store

    La version ebook coûte 7.99$ CDN, la version avec couverture souple 11.99$ CDN et la version couverture rigide 18.49$ CDN hors frais de port.

    L’ouvrage se découpe en plusieurs parties: Une préface, une introduction, un synopsis, huit chapitres analysant différentes facettes de Lady Oscar en les mettant en corrélation avec d’autres oeuvres ou en résonance avec différentes cultures, un épilogue, une note d’auteur et une bibliographie.

    Le texte est parsemé de notes de bas de page pour indiquer une traduction du français à l’anglais ou les oeuvres citées lors de l’essai.

    Pour les personnes qui auraient un peu peur du fait que le livre soit dans la langue de Shakespeare plutôt que celle de Molière, le texte se lit bien et si la technicité de la démonstration n’est pas à démontrer, le vocabulaire employé reste simple, ce qui permet une bonne compréhension, même pour les lecteurs les moins à l’aise avec la langue anglaise.

     

    II – L’autrice

    Caroline Kerjean est une autrice québécoise et à l’instar de Nathalie Nadaud-Albertini, d’ailleurs souvent citée dans cet essai, elle est également une fan de Lady Oscar! C’est donc une personne ayant vu l’anime, lu le manga et (comme il est mentionné dans le livre) vu l’adaptation live action de Demy ! Nous sommes donc entre les mains d’une personne connaissant bien Lady Oscar, son univers, ses personnages, ce qui rend l’oeuvre d’autant plus authentique à mon sens :

    Caroline Kerjean est donc parfaitement à même d’aller encore plus en profondeur dans son analyse qu’une personne qui n’aurait vu que quelques épisodes ou lu quelques chapitres pour la forme, voire lu ou vu l’entièreté une seule fois. Nous avons affaire à une personne qui a vu et revu l’oeuvre d’Ikeda, qui en connaît donc les subtilités, se souvient de certains détails, rendant son travail d’autant plus légitime.

    A Bloody Song – How Anime and Literature Collide est son premier livre.

     

    III – L’analyse de Lady Oscar dans le livre et avis

     

    Je risque de laisser certains sur leur faim mais ne désirant pas spoiler l’oeuvre, je n’entre pas dans tous les détails pour vous laisser le plaisir de la découverte !

    Comme dit dans la partie traitant sur la composition du livre, celui-ci est divisé en plusieurs chapitres, un chapitre couvrant un aspect de Lady Oscar. En dehors de la préface, du synopsis et de l’introduction, ils se comptent au nombre de huit et traitent des sujets suivants :

    • L’esthétique de Lady Oscar et le thème de la perte
    • Le côté guerrier d’Oscar et le thème des différents codes d’honneur
    • Une dialectique du maître et du serviteur mise en corrélation avec la voie du bushido
    • La violence et l’aliénation mises en rapport avec « Une rose reste une rose »
    • La question du genre, de l’identité et de la sexualité
    • La politique de Versailles à Paris
    • L’amour et son côté tragique dans LO
    • Pensées finales

    Ces thèmes choisis permettent, en plus d’avoir une analyse détaillée sur le sujet, d’avoir une vue d’ensemble sur Lady Oscar, en partant d’un détail pour ensuite agrandir son champ de vision. Le personnage analysé est très souvent Oscar, même si on retrouve également André, Marie-Antoinette et certaines pistes de réflexions très intéressantes sur des personnages secondaires. Je pense notamment à un passage concernant la mère d’Oscar. Caroline Kerjean nous écrit que Demy l’a faite mourir en couches alors qu’elle vit encore dans le manga comme dans l’anime. Cependant, avec son caractère passif et le peu d’influence qu’elle a sur la vie de sa fille, c’est comme si elle était morte, elle-même victime du patriarcat qu’Oscar subit et est une forme de tragédie dans laquelle sa vie commence. C’est une chose à laquelle je n’avais jamais accordé d’intérêt, voyant juste le fait que Demy avait fait mourir Mme de Jarjayes alors qu’elle vit dans l’anime et le manga. Sauf qu’avec cette lecture, cela me fait prendre conscience d’un tout autre angle de vue à explorer.

    Et c’est là, selon moi, la force de cet essai.

    En prenant des éléments de Lady Oscar ou des personnages, en les mettant en résonance avec d’autres auteurs, d’autres cultures, cela permet de les redécouvrir, de penser à des facettes que l’on avait pas envisagées : la loyauté d’Oscar envers Marie-Antoinette avec le code d’honneur des samouraïs, par exemple, qui trouve un écho immense au Japon mais qui nous paraît plus étrange de notre point de vue occidental. A Bloody Song – How Anime and Literature Collide réussit le tour de force d’être riche, de réussir à explorer une large gamme de thèmes qui couvrent l’ensemble de l’oeuvre tout en restant simple, directe et concise. La bibliographie variée y est aussi pour beaucoup : on passe de classiques comme Tolstoy à des écrits plus récents comme ceux de Nathalie Nadaud-Albertini ou de Marie-Renée Lavoie (l’autrice de La Petite et le vieux, un roman où la protagoniste est une fan de LO et s’identifie à Oscar), des auteurs occidentaux comme Emily Brontë à des orientaux comme Kazuo Ishiguro.

    C’est un essai réussi : accessible aux néophytes de Lady Oscar car on les guide dès le départ, accessible à tous ceux qui ne sont pas familiers du genre mais qui ravira aussi les fans du manga/de l’anime pour les idées nouvelles à explorer, sans oublier les amoureux du genre qui se diront peut-être qu’il y a de la matière à explorer, même dans les œuvres plus « populaires » comme les mangas.

    Je ne vous mentirai pas, c’est une lecture où il faut prendre son temps, ne pas hésiter à revenir en arrière, à relire certains passages mais, selon moi, le jeu en vaut la chandelle :

    Après ma lecture, je comprends mieux une partie de la popularité de Lady Oscar au Japon, ce qui a pu plaire au public européen mais surtout, je vois Oscar sous d’autres angles, des angles que je n’aurais jamais imaginés sans cela et ça, en tant que fan, cela n’a pas de prix.

    ~ Un soleil se couche, un autre se lève et ce qui fleurit aujourd'hui périra demain. Tout n'est que vanité!

    #1125
    Marina de Girodelle
    Senior Moderator
    @marina-de-girodelle
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.