François Châtelet

LADY OSCAR / LA ROSE DE VERSAILLES Les personnages François Châtelet

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #456
    Marina de Girodelle
    Senior Moderator
    @marina-de-girodelle

    François est un personnage presque tertiaire et qui n’est vraiment développé que dans le tome 4 dans l’histoire de Rosalie, qui se déroule en 1804.

    Mais déjà, en premier lieu, François est intéressant rien que par ses liens de parentés!

    Il est le fils de Bernard Châtelet, journaliste assez connu, ancien voleur, et révolutionnaire. De par son père, il a également du sang noble.

    C’est du côté de sa mère où les parentés deviennent plus particulières!

    Fils de Rosalie Lamorlière, il est le petit-fils naturel du Duc de Saint-Rémi, ce qui fait de lui un des derniers descendants des Valois par les bâtards d’Henri II de France. Il a donc du sang royal dans les veines! Il est également le neveu de Jeanne de la Motte, l’intrigante de l’affaire du collier, étant donné que Jeanne et Rosalie sont demi-soeurs! Enfin, il est également le petit-fils naturel de Martine-Gabrielle de Gureille, plus connue sous le nom de Julie de Polignac, la dernière favorite de la reine Marie-Antoinette, ce qui fait de lui un neveu des enfants que Julie a eu dans les liens sacrés du mariage: on pense évidemment à feue Charlotte mais il est à noter que, dans le manga, Madame de Polignac s’est retirée de la cour à un moment pour accoucher.

    Par ses liens de parentés via sa mère, il est lié plus ou moins à la royauté à chaque fois!

    Biographie:

    Né vers la fin de l’année 1789, François Châtelet est l’unique enfant de Bernard Châtelet et de son épouse Rosalie Lamorlière. Il est prénommé en l’honneur d’Oscar François de Jarjayes, morte le 14 juillet lors de la prise de la Bastille. En effet, Oscar a été une grande amie et la protectrice de Rosalie pendant des années et elle est en partie responsable du mariage des parents de l’enfant. Il doit son éducation/instruction à Madame de Staël.

    En 1804, alors qu’il va fêter ses quinze ans, François doit quitter Paris avec sa mère dans la précipitation. En effet, son père, aidé d’Alain de Soisson, prévoit d’assassiner Napoléon pour l’empêcher de devenir empereur. Les deux mourront lors de cet attentat. François et sa mère doivent partir de maison en maison avant d’être brièvement recueillis par Victor Clément de Girodelle. De là, ils quittent la France et s’établissent en Suède, aidés par Sofia von Fersen. François travaillera à la bibliothèque royale comme juriste.

    Le pays est aussi dans un état presque révolutionnaire, ce qui sera confirmé par l’assassinat du prince héritier de Suède puis d’Axel von Fersen. C’est pendant cette période que François perd son ami, Fabien Nobel, avec qui il avait lié une amitié à son arrivée en Suède. Après ces événements, il décide de rester en Suède où il devient le précepteur du futur Oscar I de Suède. Ironie de l’histoire, cet homme était le fils de Désiré Clary, l’un des amours de Napoléon et sa reine était la petite-fille de Joséphine, Impératrice des Français.

    On ne sait pas grand chose de la vie personnelle de François en Suède: s’est-il marié? A-t-il eu des enfants? Le doute est permis vu sa relation avec Fabien. Le fait est que le chapitre s’axe aussi beaucoup plus sur la relation entre François et sa mère qu’autre chose. François est proche de sa mère, il est avec elle quand elle meurt vers 1859, alors qu’il est âgé de près de 70 ans.

    Il est, en un sens, l’un des derniers héritiers de l’histoire d’Oscar.

    Personnalité:

    S’il ressemble physiquement beaucoup à sa mère, en terme de personnalité, François semble être un bon mélange de ses parents et même être ses parents en amélioré! Il est passionné comme son père et il partage sa finesse politique mais il n’a pas sa soif révolutionnaire, il est plus pacifiste, comme sa mère. Il a hérité du bon coeur de sa mère, de son courage, de sa capacité d’adaptation, il sait rebondir. Mais il n’a pas cette sensibilité à fleur de peau comme Rosalie et on le voit rarement pleurer. Il semble aussi moins impressionnable. C’est un garçon volontaire, prudent, réfléchi, proche de ses parents.

    ~ Un soleil se couche, un autre se lève et ce qui fleurit aujourd'hui périra demain. Tout n'est que vanité!

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.